jeudi 29 mars 2018

¡ Adios, Clément !


 Néo-Mexique 2013

Cette fois-ci Clément Rosset est mort. Je dis cette fois-ci car il manqua se noyer en 2010 dans une crique majorquine. À nous, ses amis, qui lui demandions de relater cette mésaventure qui lui coûta une vingtaine de jours de coma et de soins intensifs, il répondait: «Je me suis endormi en nageant comme on s’endort au volant». Après cet épisode, chaque fois que nous le voyions, nous songions que nous avions eu de la chance de ne pas le perdre, même s’il nous répétait qu’il eût volontiers porté plainte contre ses sauveteurs.

Je vis pour la première fois Clément Rosset dans les années 1980, en regardant Droit de réponse, l’émission télévisée de Michel Polac. Ce soir-là, Michel Polac avait réuni un plateau de philosophes et d’écrivains. J’ai le souvenir d’une petite assemblée où, tandis que tous les invités, impatients de pérorer, se coupaient mutuellement la parole, un seul demeurait silencieux, les bras croisés sur la table, vêtu d’une chemise à carreaux de bûcheron canadien, l’air mi-ennuyé mi-goguenard: c’était Clément Rosset. Mon intuition me dit alors que ce philosophe qui s’abstenait de parler avait forcément écrit de bons livres.

On a coutume de dire que la philosophie commence avec l’étonnement. À juste titre. Au sens premier, «étonnement» signifie «frappé par le tonnerre». Or à l’âge de quinze ans, en vacances à Majorque, Clément Rosset subit une commotion violente. Passant non loin d’un immeuble en construction, il voit un ouvrier tomber d’un échafaudage. L’homme se tue net à ses pieds. L’horreur et la frayeur qu’il ressent à cet instant font germer en lui une «logique du pire» qui, son œuvre en témoigne, tournera à l’idée fixe: à l’image même de la charpente métallique, les édifices métaphysiques et moraux, malgré la stabilité apparente de leurs fondements et de leurs agencements, ne soutiennent rien et n’offrent aux humains qu’une protection illusoire contre leur expérience du hasard, du temps et de la mort.   

Nietzsche raconte qu’en mettant la main, dans une librairie, sur Le monde comme volonté et comme représentation de Schopenhauer, il éprouva sur le champ, à la lecture des premières pages, une griserie qui le poussa à engloutir l’ouvrage d’une traite. Je fus en proie au même effet quand je découvris Le réel et son double. Le livre refermé, j’eus des secousses comme si j’avais avalé un de ces alcools forts qui, selon une expression, vous remet «les yeux en face des trous». Sans doute étais-je déjà lucide, mais, là, je voyais philosophiquement clair. Méfiant par instinct à l’égard des systèmes de pensées idéalistes, je pouvais me recommander désormais de raisons plus érudites. Nier le tragique de l’existence, pour lui substituer le double métaphysique de la «Nature», de l’«Être », ou encore du «Monde», m’apparut comme une supercherie par quoi quantité d’esprits — à commencer par les plus philosophes — se laissaient, en effet, «doubler». Si bien que je ne dirais pas, comme Kant à propos de Hume, que Clément Rosset m’éveilla d’un sommeil dogmatique, mais, plutôt, que ses livres ont aggravé mon insomnie sceptique. Avant de connaître ce philosophe, je pensais que l’existence était aléatoire, inconsistante et insignifiante; depuis, c’est différent, j’en suis convaincu.

En son temps, celui de l’optimisme hégélien triomphant, Schopenhauer endura l’insuccès et l’isolement en raison de son pessimisme. La situation changea sitôt que des romanciers découvrirent son œuvre — preuve même de la formule de Cioran selon quoi les philosophes écrivent pour des professeurs, les penseurs pour des écrivains. Si, aujourd’hui, Clément Rosset pâtit d’une relative méconnaissance, il le doit à sa vision tragique et, surtout, à sa cécité éthique. Il est vrai que, lorsqu’en ouverture de son Principe de cruauté, il rappelle qu’il n’y a d’entreprise philosophique, littéraire ou artistique solide que dans le registre de «l’impitoyable et du désespoir», il n’arrange pas sa cote auprès de l’homme des causes justes. Ce dernier, toujours en quête de motifs pour s’engager, déplore de ne trouver chez Clément Rosset aucune trace d’indignation, aucun désir de protester ou de «déranger l’ordre établi». L’insensibilité morale du philosophe de la cruauté le heurte. Car outre Voltaire, bien sûr, ou Sartre, ou Foucault, la référence de l’homme des causes justes reste Camus et sa formule: «Je me révolte, donc je suis». Quand il défile ou signe des pétitions, il pense même: «Je me révolte, donc je suis bon». Qu’un philosophe, dès lors, fasse silence sur la question morale et politique du «mal» et s’abstienne de défendre victimes et offensés — comme c’est le cas de Clément Rosset —, il le suspectera d’être du côté des oppresseurs. Il le prendra à partie: «Toi le logicien du pire qui jamais ne s’indigne devant l’horreur et l’injustice, n’es-tu pas avant tout un être humain?». Et de lui brandir sous le nez ce que Clément Rosset appelle lui-même le «syllogisme du bourreau»: «Tu approuves la réalité. Or tu n’ignores pas que dans la réalité sévissent des bourreaux. Donc tu approuves les bourreaux!» Argument haineux du Juste auquel le logicien du pire répond en en modifiant la conclusion: «J’approuve la réalité, en effet, même s’il y a des bourreaux; mais je note que malgré votre indignation, ils ne vous empêchent pas vraiment de vivre» — réponse qui, naturellement, aggrave son cas.

Dans un de ses ouvrages, Clément Rosset consacre une trentaine de pages bien serrées à la joie qu’il nomme la force majeure. Si, selon lui, les humains persévèrent dans l’existence, alors que, s’ils écoutaient la raison, ils se supprimeraient toute affaire cessante, c’est parce que la joie de vivre les transporte bon gré mal gré, au hasard et dans le flux du temps, insouciants de la destination fatale. Ainsi, non seulement la joie n’offre aucun sens à leur vie — comme le dit Mozart dans une lettre à son père, «mourir est le seul but» —, mais elle s’impose à eux comme un élan déraisonnable — un folie, même. Quant à ceux qui en sont les plus pénétrés, les voilà préservés de ce poison psychique que Nietzsche avait identifié sous le terme de «moraline» — l’expérience montrant en effet que les joyeux ne nuisent à personne et n’ont pas la lubie d’améliorer les hommes.  

Quelques années après l’émission de Michel Polac, j’eus la chance de connaître personnellement Clément Rosset dont j’avais lu avec un vif plaisir littéraire tous les essais — notamment ceux, lumineux, consacrés à Schopenhauer. Je tins ainsi l’occasion de lui manifester amicalement des réserves au sujet de sa philosophie de la joie qui faisait à mes yeux un mauvais parti à la mélancolie. À l’origine de ce mauvais parti, je ne voyais qu’un mauvais procès reposant sur ce seul attendu: la joie est une passion tragique, la mélancolie une passion romantique — une langueur d’esthète. Tandis que la première dirait «oui» à l’existence réelle en ce qu’elle a de plus inacceptable, l’autre lui dirait «non» pour la même raison et ne donnerait son assentiment qu’à une existence rêvée, ou subvertie, répondant au signalement de l’Idéal. Or, disais-je à mon ami dont je craignais les piques, sauf à en accréditer une image simpliste, le romantisme ne se propose-t-il pas de décrire les offenses du temps et les offensives de la mort et d’exprimer toutes les nuances du sentiment de cette tragédie intime? La mélancolie modère sans doute l’enthousiasme d’exister, mais, au contraire de la joie, elle ne paralyse pas le désir d’écrire, de peindre, de composer et autres exercices de lucidité. La jubilation interdit la conscience de soi sous peine de se volatiliser aussitôt. Le mélancolique contemple l’inconsistance des choses de sa vie et, mieux que l’homme joyeux, il sait que l’éternité de chaque instant est menacée — savoir ombré de tristesse, peut-être, mais inséparable d’une volupté dont il refuse de guérir. Cerné par la vulgarité tapageuse des joyeux drilles et des fêtards, pourquoi fuirait-il hors de l’asile poétique qu’il porte en lui?
Clément Rosset affirmait aussi que «tout grand écrivain sait faire oublier son moi, quel que soit le genre littéraire qu’il aborde». Là encore, je m’étais permis de lui objecter qu’à ce compte, il faudrait rayer de la littérature les journaux intimes, les mémoires, les confessions. «Je suis moi-même la matière de mon livre», dit Montaigne en ouverture des Essais. Dès lors que la philosophie est un genre littéraire et qu’un philosophe prétend penser la vie — qui n’est autre que sa vie, unique et singulière, son «idiotie» disait Clément Rosset —, l’impudeur me paraît de mise. Sans doute y a-t-il impudeur et impudeur. Sans doute convient-il de distinguer l’ego qui a besoin de parler de lui — et qui se déballe sans égard pour la pensée et le style —, et l’égotiste qui s’évertue à écrire sur soi — en conférant une tenue littéraire et philosophique à ce qui demeure, de toute façon, l’inconvenance d’exister. Aussi me suis-je réjoui que Clément Rosset, faisant entorse à son dogme, ait consigné dans Route de nuit les épisodes cliniques d’une dépression sévère et tenace. Je me souviens qu’après sa sortie des ténèbres et avant de le rencontrer pour la première fois à la table d’une brasserie parisienne où il fit un sort à tous les plats comme aux bouteilles de vin, j’avais posté à Clément Rosset ce mot que Beckett télégraphia un jour à Cioran: «Je me sens à l’abri dans vos ruines».

Article paru ce jour dans Le Media (clic)


samedi 24 mars 2018

Incipit sans suite — 15


1975. C’est à Maui, sur la vague de Pu’Unoa Beach, qu’elle ferait ses premiers pas sur l’élément imprévisible du temps.

mercredi 21 mars 2018

Incipit sans suite — 14


1971. Elle abordait un âge où elle était pressée d’être adulte mais sans renoncer à l’enfance.

samedi 17 mars 2018

Le bluff de la vie philosophique — 3


Dorothy Parker

Si je me retourne sur la semaine écoulée, pourrais-je définir ma vie comme philosophique ?
Lundi, je suis resté durant de longues heures devant l’ébauche de mon roman espérant trouver l’énergie et l’inspiration pour commencer un nouveau chapitre. Résultat: pas une ligne. J’ai chaussé mes tennis et je suis parti prendre l’air.
Mardi, sachant que je n’écrirais pas davantage que la veille, j’ai fini Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable de Romain Gary. Déception. Gary cède à la tentation des mots d’auteur. Néanmoins, ce qui sauve le livre est qu’on le lit comme un testament.
Mardi, toujours, en prévision d’une conférence que je donnerai à la fin du mois sur Platon, j’ai feuilleté, pour me rafraîchir la mémoire, quelques dialogues d’icelui. Le Banquet, La République, L’Apologie de Socrate sont des textes beaux et costauds. Sans doute est-ce dans ces trois ouvrages que l’on sent la vocation première de Platon d’écrire du théâtre. Quand on pense que son Phèdre est une diatribe contre l’écriture… Cette révision, bon moment de lecture, m’a détourné de mon roman. Merci Platon.
Mercredi, j’ai déjeuné avec mon complice Fabrice. Après le café, nous nous sommes baladés en bord de mer sous un soleil de printemps, nos Persol sur le nez, en devisant de choses et d’autres. Beaucoup de gens sur la promenade et sur le sable des plages.  En rentrant, je me suis mis à la sieste sans tarder, évitant de regarder ma machine à écrire où m’attend mon roman en chantier.
Jeudi, j’ai commencé la biographie que mon amie Dominique de Saint Pern a consacrée à Dorothy Parker — laquelle inscrivit sur sa pierre tombale «Excusez-moi pour la poussière». Étant en très bonne compagnie avec Dorothy et les dandys newyorkais de l’Algonquin, je n’ai pas pensé une minute à mon roman.  
Vendredi, j’ai invité la Schiffterina à déguster une galette à la Chambre d’amour. Après qu’elle m’a déposé à notre domicile, je suis tombé sur notre voisin, un comptable à la retraite qui se fait passer pour un ancien trader et dont la lubie est d’entourer son jardin d’un haut rempart de piquets — à l’image d’un camp retranché de Tuniques bleues. Le mois précédent, le bonhomme agressa verbalement la Schiffterina qui s’était permise de moquer ses travaux de fortification. Dans l’heure qui suivit, j’exhortai ce goujat à adresser des excuses à l’offensée. Comme, à ce jour, il ne l'avait toujours pas fait, je profitai de notre rencontre pour exiger réparation de ses insultes le lendemain matin à huit heures sur la pelouse du parc.
Samedi, aujourd’hui, donc, à l’heure fixée du duel — avec les poings —, le fort en gueule n’était pas là. Au bout d’une vingtaine de minutes, toujours seul à arpenter le gazon, j’eus la confirmation que j’avais affaire à un poltron. 
Comme la matinée est bien avancée et que l’heure du déjeuner approche, je m’empresse de griffonner ces notes — pitoyable moyen de ne pas toucher à mon roman.   
Si, donc, je fais le bilan de ces dernières journées, je peine à y déceler une dimension philosophique. Platon considérait la flemme, la procrastination et le penchant à emmerder les peigne-culs comme des vices. So what? Ma chère Dorothy n’y voyait que des péchés mignons.        

mercredi 28 février 2018

Le bluff de la vie philosophique — 2


Quand j’entendis pour la première fois le nom de Dorian Astor, je le confondis avec celui d’un joueur d’accordéon. J’appris que Dorian Astor était en réalité l’auteur d’un Dictionnaire Nietzsche d’un bon millier de pages — réunissant pas moins de trente contributeurs. Encore un pensum dont le but est d’ajouter de la confusion à une pensée embrouillée, ai-je songé d’emblée. En feuilletant l’ouvrage, j’en fus convaincu. Nietzsche est, de loin, l’auteur qui attire le plus les thésards, les obsédés de la glose et autres maniaques de l’exégèse. Avec ce dictionnaire, Dorian Astor s’est rendu coupable d’offrir une tribune aux plus illisibles d’entre eux. Mais là ne s’arrête pas sa lourde nietzschéophilie. Dorian Astor a commis un essai intitulé Deviens ce que tu es. Un sommet de philosophe. Je n’entends pas par là un comble de pensée philosophique, mais la cime d’une pénible façon de s’exprimer. Dorian Astor n’écrit pas en français courant, mais en philosophe, la langue des professeurs de philosophie, un mélange de tics rhétoriques propres à leur métier et de prétention littéraire obligeant le lecteur, même s’il est de la partie, à un effort d’intuition divinatoire. Un exemple: «Ce n’est pas de soi que l’on a conscience, c’est le soi qui se donne la conscience, par l’intermédiaire du moi, pour saisir autre chose que soi-même.» (p.78) Un autre: «Qu’est-ce qui fait que nous devenons? Qu’est-ce qui rend compte de ce qui se passe, de ce qui passe entre les manières d’être, entre les points subjectifs ? […] Nous sommes pris dans des devenirs a-subjectifs et impersonnels qui sont peut-être précisément ce qui nous individue (sic)» (p.80) Un dernier: «La pensée est un cas particulier et problématique parmi les réponses de l’homme au problème du réel — mais aussi la perception du problème par lui-même comme tendance à sa propre résolution.» (p.135)Quand il m’arrive de lire du philosophe je bâille, raison pourquoi je ne pus me concentrer sur le livre de Dorian Astor censé, si j’en crois le sous-titre, m’apprendre à vivre une vie philosophique. Que m’a dit alors ma conscience face à cet imbitable traité de sagesse? « — Comme le temps n’arrange personne et comme on ne se refait pas, efforce-toi de demeurer svelte et coquet quitte à passer pour un surhomme frivole.»